Rechercher
  • ORIA

Orienter les repreneurs : l’art de guider le bon chemin


Mille chemins se déroulent devant les repreneurs qui s’apprêtent à prendre les rênes de l’entreprise familiale. Comment, comme intervenants, pouvons-nous les orienter dans la bonne direction? Voici quelques pistes de réponses à des questions courantes qui peuvent nous être posées par les chefs, les repreneurs et la famille.

1) «Je veux progresser plus vite dans l’entreprise et faire vivre mes idées. Que puis-je faire?»

Lors de notre intervention, nous pouvons analyser avec les repreneurs l’arrimage entre leur style, le style des dirigeants-cédants et les ressources de l’entreprise. Nous pouvons aussi explorer les pistes pour réussir la mise en place d’un projet « intrapreneurial ».

2) «Je souhaite acquérir les compétences nécessaires à mon poste actuel. Quelle est la bonne formation pour moi?»

D’abord, il est utile de définir les compétences entrepreneuriales déjà maîtrisées. Ensuite, on peut produire un bilan pour le repreneur ou l’équipe, lequel permettra de bien voir les lacunes à combler. Nous pouvons alors guider le repreneur ou l’équipe vers les différentes stratégies d’apprentissage et distinguer les dispositifs de formation accessibles au Québec. Finalement, nous pouvons les aider à mesurer les impacts des formations suivies.

3) «Je souhaite confirmer si j’ai le sens des affaires et le sang entrepreneurial. Comment le savoir?»

Par le rôle de partenaire, nous pouvons faire ressortir en quoi la fibre entrepreneuriale est importante pour le repreneur, la famille et l’entreprise. D’un autre point de vue, par un rôle d’observateur, on peut aider le repreneur à déceler les indices de son niveau d’intensité entrepreneuriale.

4) «Je souhaite trouver ma place dans la continuité des affaires familiales. Par où commencer?»

Nous pouvons partager des connaissances larges sur la pérennité, notamment sur la gouvernance dans les familles en affaires. Par un rôle de guide, nous pouvons tenter d’élargir le spectre des possibilités pour inspirer chacun des membres de la famille à trouver sa manière de contribuer à l’entreprise. Nous pouvons ensuite suivre leur évolution.

5) «Je ne souhaite pas intégrer l’entreprise familiale. Quelle est ma place dans la démarche?»

Dans ce type de cas, nous pouvons aider la génération relève à transposer ses compétences dans un contexte professionnel qui a du sens pour chaque personne. Nous devons toujours avoir une intention inclusive; ainsi, s’assurer de créer un espace (réunions familiales et projets connexes) pour faire croître et préserver l’unité familiale.

Un parcours pour vous aider à mieux préparer les repreneurs

Ces pistes d’intervention vous parlent? Vous avez des expériences à partager? Apprenez-en plus en vous inscrivant au microparcours d’apprentissage en ligne sur la formation des repreneurs.

Son objectif est de permettre aux coachs et aux conseillers de la relève de perfectionner leur stratégie d’accompagnement des repreneurs familiaux sur le plan de la préparation et de la formation, qu’ils soient en situation de reprise (relève) ou de post-reprise (nouveau chef). Nous partagerons et découvrirons, notamment, le questionnaire d’évaluation des compétences entrepreneuriales, un précieux outil qui s’appuie sur les meilleures pratiques d’accompagnement. Avec cet outil et une fine connaissance des possibles, vous deviendrez maître dans l’art de guider le bon chemin!

0 commentaire